aller au contenu

Histoire résumée des Forges de Paimpont

Dès 1675, les Forges s’installent au cœur de la forêt de Paimpont / Brocéliande.

Forges à bois, elles profitent d’un bon minerai de fer, et d’un réseau hydraulique mis en place par les moines dès le Moyen Age (7 étangs aboutissent à l’étang des Forges).

Désormais, les 3 composantes d’une forge sont réunis ici : le minerai, le bois et l’eau (Nous parlons de Forges mais nous pourrions plutôt parler d’usine à Fer et à Fonte).

Au 17ème siècle, les Forges commencent leur activité grâce à un Haut Fourneau et une Affinerie. Elles sont placées en contre bas de la digue pour puiser la puissance hydraulique générée par le débit d’eau de l’étang. Le combustible utilisé est le charbon de bois fabriqué en forêt.

Au 18ème siècle, Diderot et D’Alembert retiennent l’affinerie pour illustrer « l’Encyclopédie ». La production est, alors, de 500 tonnes de Fonte et 360 Tonnes de Fer. Les Forges assurent les commandes liées à la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique.

La maison du Maître de Forges ainsi que les foyers d’ouvrier sont édifiés au début du 18ème sur un plan du 17ème siècle.

Au 19ème siècle, sous le règne de Louis XVIII, les Forges doivent se moderniser ; un état des lieux est réalisé (ce qui nous a donné une magnifique série de plans détaillés visibles aux Archives Nationale de Paris).

S’en suivent :

  • La construction d’un deuxième haut fourneau à bois,
  • Un laminoir équipé de Fours à Puddler avec alimentation par du charbon de terre « Le Coke »,
  • Un bâtiment de Fonderie équipé de la même technologie que celle du laminoir.

En 1850, nous serons à l’apogée de la production de fer et de fonte (1500 tonnes de Fonte et 1000 tonnes de fer). 250 personnes travailleront pour ces Forges, le 1/3 de l’effectif est présent dans les Forges et les 2/3 travaillent en forêt pour produire le charbon de bois, extraire et laver le minerai. Bois et minerai sont amenés aux Forges par charrettes tirées par des chevaux.

Face à la concurrence étrangère, surtout anglaise, ces hauts fourneaux s’arrêteront en 1866 puis reprendront de l’activité pour la guerre de 1870 pour s’arrêter définitivement en 1880.

Au 20ème siècle, les Forges achètent sur le marché extérieur de la Fonte et du Fer à moindre coût pour réaliser des outils agricoles, chaudières et autres équipements afin d’équiper notre Région. Nous pouvons observer certains produits fabriqués dans ces Forges (Vis de pressoir, plaques de cheminée, clous forgés …), des scories (laitier = rejet de la fusion de minerai de fer) sont visibles dans certaines maçonneries. Cette activité s’arrêtera en 1954.

Aujourd’hui, ces Forges sont inscrites sur la Liste Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 2001 (I.S.M.H.). Un programme de restauration est engagé avec le concours de l’Etat, du Conseil Régional de Bretagne, du Conseil Général d’Ille-et-Vilaine et du Propriétaire.

Le début de la restauration des bâtiments passe par le rachat de parcelles foncières pour retrouver de la lisibilité sur l’organisation de ce site. Un programme de nettoyage de ces parcelles sur plusieurs années est initialisé, la priorité a été donnée à la restauration du laminoir, bâtiment unique en Bretagne.

L’ouverture au public a eu lieu lors des Journées européennes du patrimoine en 2005. Des visites commentées ont permis de découvrir ce lieu exceptionnel.