aller au contenu

Histoire résumée des Forges de Paimpont

Un vaste projet de restauration avec le concours de l’Etat, du Conseil Régional de Bretagne et du Conseil Départementale d’Ille et Vilaine est lancé depuis 2005 ; en effet les Forges de Paimpont sont le « Témoin exceptionnel de deux révolutions industrielles ».

Grâce, à un bon minerai de fer, un réseau hydraulique mis en place par les moines dès le Moyen Age (7 étangs aboutissent à l’étang des Forges) et le bois de la Forêt de Brocéliande ; En 1656, les Forges de Paimpont sont créées avec la mise en place d’un haut Fourneau au charbon de bois et d’un atelier d’affinage. Ce premier Haut Fourneau participe à cette première révolution industrielle.

Au XVIII° siècle, ces Forges participent à la Guerre d’indépendance des Etats Unis comme de nombreuses Forges en France.
En parallèle, dès 1709, l’Angleterre teste de nouveaux procédés en supprimant le charbon de bois, trop lent, dévoreur de bois et de forêts.
Monsieur Abraham DARBY I, alimente pour la première fois un haut Fourneau au coke ; c’est une innovation très importante qui poussera la deuxième révolution industrielle ; ainsi les anglais construisent grâce à Abraham Darby III « IRON BRIDGE » en 1779 (inscrit au Patrimoine Mondiale de l’Unesco en 1986)
CORK met au point le procédé de four à puddler en 1784 pour transformer la fonte en Fer(Acier) au moyen du coke.

La seconde révolution industrielle a sonné pour les Anglais.

Au début du XIX° siècle, toutes les Forges en France fonctionnent au charbon de bois, le Gouvernement de Louis XVIII décide de moderniser, en 1819, 14 Forges pour les passer du charbon de bois au Coke dont deux en Bretagne (Basse Indre et Paimpont). S’en suivra en 1826 l’autorisation administrative pour construire de Forges à Hennebont.

Ces Forges sont dites à « l’anglaise » car elles vont intégrer la technique au coke et la technique de Puddlage.

Avec ce nouveau procédé, les Forges de Paimpont participent à l’arrivée du train en Bretagne (1857) en fabriquant les rails.

Très vite, avec le Traité de Paris (1861), les Forges de Paimpont subiront une concurrence acharnée sur le marché de l’acier ; les Hauts Fourneaux ferment définitivement en 1884. A partir de cette date, les Forges de Paimpont travaillent comme une fonderie et un atelier de mécanique en achetant de la fonte et du fer sur les marchés extérieurs. Les Forges fabriquent des machines agricoles et autres biens d’équipement pour la Bretagne.

Les Forges arrêtent leur activité en 1954 puis sont abandonnées pour devenir des ruines et sont envahies par les ronces.

En 2001, l’Etat protège au titre des « Monuments Historiques » l’ensemble du site pour son intérêt patrimonial exceptionnel.
Depuis 2005, un long projet de restauration est lancé.
Visite des Forges : https://forgesdepaimpont.fr/
Tel : 02 99 61 85 48